Réserve du Cap Tourmente

100_0478La réserve nationale de faune du cap Tourmente est l’une des huit réserves nationales de faune du Canada présentes au Québec. Établie dans une région liée aux premiers temps de l’histoire de la Nouvelle-France, cette réserve est destinée à protéger les marais à Scirpe d’Amérique, une plante qui constitue l’alimentation de l’Oie des neiges (ou oie blanche) lors de ses migrations annuelles.

La réserve nationale de faune du cap Tourmente est située à Saint-Joachim, près de la ville de Sainte-Anne-de-Beaupré. Elle est sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent, à une cinquantaine de kilomètres au nord-est de la ville de Québec, dans la municipalité régionale de comté de La Côte-de-Beaupré et donc dans la région de la Capitale-Nationale au Québec (Canada).
Il est possible d’y accéder par la route 138 Est reliant Québec et la région de Charlevoix, via l’avenue Royale de Saint-Joachim.

Plusieurs espèces de mammifères peuvent être rencontrées à la réserve nationale de faune du cap Tourmente, typiques du territoire québécois. Les marécages côtiers abritent des visons et des rats musqués. En forêt, il est possible de rencontrer le Raton laveur, le Tamia rayé, le Renard roux, l’Ours noir, la Marmotte commune, l’Écureuil roux, le Lièvre d’Amérique, le Porc-épic d’Amérique, le Cerf de Virginie et la Belette à longue queue. Bien que plus rare, le Coyote y est aussi parfois croisé22. Un nichoir à Chauve-souris a été construit en 2010 près du centre d’interprétation pour favoriser la présence de ce mammifère.

La Grande oie blanche (Chen caerulescens atlanticus), ou grande oie des neiges, une sous-espèce de l’Oie des neiges, est la principale espèce animale qui a motivé la protection du territoire de la réserve nationale de faune du cap Tourmente. Au début du xxe siècle, cette espèce ne comptait pas plus de 3 000 individus. Or, les programmes de protection des territoires qu’elle fréquente lors de ses migrations ont permis d’accroître la population à 417 000 individus en 1993, puis à plus de 950 000 individus en 2004.

Dans cette réserve, il y a donc une partie marée bien aménagée avec ses passerelles en bois, ses observatoires de l’oie blanche et une partie montagne avec ses torrents et ses belvédères qui ont une vue imprenable sur le Saint Laurent. Le petit restaurant a été fermé en 2013 par contre il y a une salle fermée et chauffée pour pique-niquer.

C’est d’ailleurs le départ du sentier des caps pour deux qui veulent faire la version longue (51 km) voir un de mes articles. Par contre on ne peut y laisser de voitures. Prévoir aussi des matelas pour dormir dans les refuges.

100_0449

100_0453

100_0460

 

 

 

 

 

100_0469

100_0477100_0474

 

 

 

 

 

100_0479

100_0461

100_0472

 

 

 

 

 

 

Liens Utiles:

Plan des circuits de randonnées:

100_0455

 

 

 

 

Agrandir le plan

2 réflexions au sujet de « Réserve du Cap Tourmente »

  1. Bonjour Pierrot
    Je recommande aussi le livre de J.C. Rufin ! Ne fut-ce que parce que – je cite – « le Chemin a pour effet sinon pour vertu de faire oublier les raisons qui ont amené à s’y engager ». Compostelle en entier c’est un gros mois de marche minimum( à partir du Pays Basque) mais même dans des randonnées plus courtes, y compris celles qui ne durent qu’une journée, on ressent vite l’oubli de tout ce qui n’est pas la marche elle-même et la nature dans laquelle on baigne… qu’est-ce que c’est bon !
    Je viens de regarder ton documentaire sur le Cap Tourmente et l’évocation du Tamia rayé, du Cerf de Virginie et de la Belette à longue queue me font rêver…
    ( PS : sur Urantia j’ai le pseudo Acacia, je le dis puisqu’il y a ici des lecteurs de là-bas )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *